Un bébé, une Odyssée...

Suivez nos grandes aventures en Asie et notre quotidien montréalais. Maman nouveau genre, fan d'allaitement, de co-dodo, de portage et même de bébé pas d'couche!

16 mars 2010

Pour ou contre le "cry it out" (le 5-10-15)? Comment et pourquoi accompagner bébé dans le sommeil?

 

dodo

Fermez les yeux… Imaginez un instant que vous êtes un petit bébé fraîchement débarqué sur terre (se mettre plus souvent dans les petits souliers de mon bébé a changé ma vie!).

 

« Maman m’a porté pendant 9 mois et je l’AIME : son odeur, sa présence, sa voix… Avec elle, je me sens  en sécurité et je peux appréhender ce monde nouveau si différent de la bulle d’eau dans laquelle je baignais joyeusement. Tout va bien lorsque je suis contre elle, mais parfois, il fait tout noir et elle me dépose dans un petit lit avec des barreaux. Là je panique, j’ai peur, j’ai tellement peur… mammaaaannnn viens me chercher, il y a quelque chose qui ne va pas du tout. ».  Silence… Attente… Attente interminable… personne ne vient. Le bébé pleure de plus en plus fort, son petit corps se tortille et se cambre… toujours personne… « Que se passe-t-il? » se demande –t-il.

 

Maman a décidé d’appliquer la « méthode du 5-10-15 », le « cry it out ». Maman a choisi de laisser pleurer son enfant pendant 5 puis 10 puis 15 minutes, puis de revenir dans sa chambre. Lorsqu’enfin elle revient, après un temps qui semble être une éternité pour bébé, elle ne le prend pas dans ses bras (le livre le lui a interdit), elle caresse son enfant, lui dit des mots qu’il ne comprend pas (« ne pleure pas, je suis juste à côté ») qui correspondent à un concept que son cerveau ne peut concevoir (pour un bébé,  quand quelqu’un n’est pas là, c’est qu’il n’existe pas) pour finalement quitter à nouveau la chambre.

 

Le bébé qui se sent abandonné hurle de plus belle. Il vide ses poumons et son cœur pendant que sa mère, de l’autre côté de la porte tente d’endurcir le sien pour éviter de faire ce que lui dicte son instinct : accourir et prendre son enfant dans ses bras pour l’allaiter…

 

Tant de larmes… pourquoi ? Pour que l’enfant « fasse ses nuits », « apprenne à dormir seul »… certains disent même « il faut qu’il sache qui est le BOSS ! »…

 

Mes amis, je vous le dis : je suis ARCHI ANTI Cry it out ! Cette méthode si populaire dans notre culture axée sur l’indépendance à tout prix me brise le cœur. (Il faut savoir que le dodo en solo pour un bébé est un fait extrêmement récent dans l'histoire de l'humanité ET absolument unique à l'Occident).

 

« Mais ça marche ! » diront les livres et les parents qui l’ont essayé. Tout dépend de ce qu’on appelle « marcher »… OUI après quelques nuits le bébé arrête de pleurer et dort. Mais à quel prix !!! Ce qu’il comprend de tout cela, c’est qu’il ne peut compter sur personne, que sur lui-même, que ses pleurs qui sont sa façon de communiquer un malaise réel ne seront pas écoutés… La communication est totalement rompue.

 

Pourquoi bébé pleure-t-il ? En fait c’est un mécanisme de survie, ancré dans notre ADN : un bébé n’est pas fait pour être laissé tout seul, ce serait dangereux pour lui, donc il pleure… et si personne ne vient, au bout d’un certain temps, il se replie sur lui-même pour ne pas perdre le peu d’énergie qui lui reste (pleurer c’est fatiguant) et il tente de satisfaire à son besoin de sécurité par lui-même (avec des objets qui « remplacent » la mère comme la suce, la doudou, le pouce)… 

 

La science nous dit que lorsqu’un bébé est laissé à pleurer seul et qu’il est en grande détresse, son cerveau est inondé par des hormones du stress  (adrénaline et cortisol) qui nuisent au développement du tissu nerveux en formation. Une étude à démontré que les bébés qui ont connu des épisodes importants de pleurs ont 10 fois plus de « chances » d’avoir des troubles de déficit d’attention et d’hyperactivité. De plus, les mères sont « biologiquement conditionnées » pour répondre (et  non ignorer) les pleurs de leur bébé : le sang afflue vers les seins, le niveau d’ocytocine (l’hormone de l’amour) dans le sang maternel augmente vertigineusement ce qui donne envie à la mère de prendre son enfant et de l’allaiter, les hormones du stress sont aussi là pour rendre insupportable le cri de son petit à la mère.

 

Un bébé a BESOIN de ses parents, la nuit aussi… être parent, c’est une job à temps plein 24h par jour, sans congé pédagogique ! Accompagner mon enfant dans le sommeil pour qu’il associe l’endormissement à un moment agréable peut nécessiter plus de temps et d’énergie au début , mais c’est un investissement rentable sur du long terme. J’ai la conviction profonde que l’indépendance se développe petit à petit, avec amour. Comme dirait Docteur Sears « babies would say: please teach me how to sleep, don’t force me to sleep ». J’ai adoré lire le livre écrit par le pédiatre William Sears et sa femme Martha: “The Baby Sleep Book". Je vous le conseille vivement! Ce médecin qui a écrit une dizaine de livres est une « autorité » aux Etats-Unis en matière d’attachment parenting.

Au fil des pages on découvre toutes sortes de façons pour endormir notre enfant en respectant son rythme et son besoin d’attachment. Voir ce lien pour un résumé de leurs « 31 ways to get your baby to sleep and stay asleep easier » : http://www.askdrsears.com/html/7/T070300.aspCe livre prône le cododo mais n’est pas écrit sur un ton extrémiste. Il donne des idées pour une transition douce du lit parental au « lit de grand ». Tout comme chaque enfant finira par marcher un jour, à avoir toutes ses dents et à quitter la maison pour aller au Cégep … mon fils finira par dormir seul un jour. Ce jour n’est pas encore arrivé et n’est pas encore à l’horizon. Voir Matteo dire bye-bye à tout le monde avec un grand sourire, puis le mettre au sein et le sentir voguer paisiblement vers le pays des rêves est une image tendre qui restera gravée dans mon cœur. Bien assez tôt bébé deviendra grand…

 

Extrait du Baby Sleep Book : Bob Sears raconte son expérience de transition douce « cododo-lit de grand » avec ses deux enfants, voici la fin : « Unlike many kids, they aren’t anxious sleepers. Starting from when they were about the age of six, we simply tuck them into bed, turn off the light, and be done with our parenting duties for the night. They never feel night stress, they never get up and ask for water, they almost never complain that it’s bedtime, they never get up during the night, and they have never had a problem with sleep terrors, nightmares or bed-wetting. They simply fall asleep quickly and peacefully, every single night. I don’t know, maybe they’re just genetically perfect kids, and it has nothing to do with how they have been parented to sleep at night. But honestly I think growing up in a stress-free sleeping environment has everything to do with it».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Jo and Pascal à 22:57 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Commentaires

    Heureuse que tu aies aimé cette lecture! Et moi qui croyais que les notions te sembleraient de l'ordre du "déjà lu".

    Posté par ludivine, 22 mars 2010 à 15:13
  • Si maman pouvait lire ça :'( ......

    Posté par Laeti, 25 mars 2010 à 18:43
  • J'ai hâte de revenir partager ces beaux moments.

    Eh Joanna, c'est par hasard que j'ai cliqué sur le blog de Matteo et quelle bonne surprise de lire ces derniers "journaux". Oui, c'est bien toi et quel bonheur d'avoir pu tant vivre l'évolution de son enfant. Bien sûr, tu diras que c'est à la portée de toutes les mamans. Cela est une vraie démarche, choisie librement et en toute conscience et amour. Je ne suis donc plus sûre que c'est à la portée de toutes les mamans, malheureusement.
    Mais puisque c'est ton choix et que tu en profites et Matteo aussi de chaque instant, c'est tellement merveilleux, savoure donc chaque moment.Moi, je les savoure en te lisant.
    Omama

    Posté par omama, 26 mars 2010 à 11:11
  • Une de mes lectures de grossesse : "Ne Pleure Plus bébé" chez Jouvence. Une révélation !

    Posté par Eugénie, 22 mai 2011 à 19:31
  • Du grand délire pour mamans (puisqu'on ne parle bien que des mamans dans ce texte, les papas n'ont qu'à dormir sur le canapé) régressives et stressées qui veulent se rassurer elles-mêmes... Les enfants qui ont la "merveilleuse faveur" de ce traitement auront sans doute à subir plus tard la maman parfaite qui a tant sacrifié!

    Posté par Nath B, 24 septembre 2011 à 11:22

Poster un commentaire







 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...