Un bébé, une Odyssée...

Suivez nos grandes aventures en Asie et notre quotidien montréalais. Maman nouveau genre, fan d'allaitement, de co-dodo, de portage et même de bébé pas d'couche!

29 juin 2010

Faire ses nuits

IMG_0966

« Est-ce qu’il fait ses nuits ? »

Cette question je l’ai entendue mille fois, et à chaque fois elle me faisait aussi mal. Si la réponse était « oui » cela signifie donc que j’ai un « bon bébé » et si je devais répondre par la négative, c’est que je devais avoir un « mauvais bébé »… J’ai toujours répondu par la version courte : « Oui , il fait ses nuits, mais il se réveille entre 2 et 4 fois ». Voici la version longue : « Oui, il s’endort tous les soirs vers 19h, avec le soleil, et se lève vers 6h du matin mais il se réveille quelques fois par nuit pour faire pipi et /ou être allaité, il a les yeux fermés tout le long, puis il se rendort, collé contre moi ».

En général, ses réveils ne me dérangent absolument pas, la plupart du temps, le lendemain je ne pourrais même pas dire combien de fois il s’est réveillé. Nous dormons avec notre coco et cela a tellement d’avantages à mes yeux. Matteo ne doit pas pleurer fort et longtemps pour que j’aille le voir, et cela me permet de le rendormir très facilement. Lorsque je l’allaite la nuit je suis dans un monde unique, entre la veille et le sommeil, et la seconde où je le redépose, pouf, je me rendors.

Des études réalisées par le professeur James McKenna (LE spécialiste du co-dodo) ont montré que lorsque la mère et son bébé dorment ensemble, les phases de leur sommeil se synchronisent !!! Pensez-y un instant : c’est complètement fascinant n’est ce pas ! Un peu comme des femmes qui vivent sous le même toit et sont menstruées en même temps. En pratique cela veut dire que quand Matteo se réveille, c’est presque toujours à la fin de mon propre cycle de sommeil, et je ne me sens donc pas si fatiguée. De plus, l’allaitement facilite énormément le rendormissement rapide du bébé ET de la mère via son contenu en opiacés naturels apaisants. Je vous invite vraiment à jeter un oeil à ce texte super intéressant qui résume bien des études (cliquez ici). 

Lorsqu’on dit «  faire ses nuits », en fait, ce qu’on voudrait c’est que le bébé « fasse nos nuits de parent» ! Or un bébé n’a pas le même type de sommeil qu’un adulte. C’est CONCU comme ça, expressément, et c’est bien pensé ainsi. Pour se donner le plus de chances de survivre, le bébé a BESOIN de se réveiller pour boire du lait de sa mère très fréquemment à cause de la constitution du lait maternel (très faible en gras et en protéines afin d’être adapté au système digestif immature du bébé et riche en lactose, un sucre dérivé du glucose, pour nourrir le cerveau en plein développement). Comme le dit McKenna :

Apart from being a natural characteristic of our species, constant proximity to the mother during infancy is also made necessary by the need to feed frequently. Human milk is composed of relatively low amounts of protein and fat, and high amounts of quickly absorbed and metabolized sugars. Therefore the infant's hunger cycle is short as is the time spent in deep sleep. The necessity of short intervals between breast feeds makes mother–infant co-sleeping not only expectable but biologically necessary.

Sleep laboratory studies have shown that bed-sharing, instead of sleeping in separate rooms, almost doubled the number of breast-feeding episodes and tripled the total nightly duration of breast-feeding. Infants cried much less frequently when sleeping next to their mothers, and spent less time awake. We think that the more frequently infants are breast-fed, the less likely they are to die from SIDS (Sudden Infant Death Syndrom).

Ainsi, les réveils fréquents seraient une façon de protéger le bébé contre la mort subite. Ainsi il y aurait des « réveils sécuritaires » (protective arrousals), un mécanisme de protection: le système neurologique du bébé étant encore en développement,  celui-ci pourrait « oublier » d’activer la respiration en cas de sommeil trop profond (où des périodes d'apnées se produisent), ce qu’on appelle le syndrome de la mort subite du nouveau-né (SIDS en anglais).

Il est important de savoir que, même si cela ne nous plaît pas toujours, le sommeil des bébés EST DIFFERENT de celui des adultes, et il change avec le temps pour devenir comme le nôtre. Les différentes phases de leur sommeil s’alternent beaucoup plus rapidement et ils passent une période beaucoup plus importante que les adultes en phase de « sommeil paradoxal (REM=rapid-eye-movement) » qui est le sommeil où l'on rêve et où tant d’apprentissages sont « processés » par le cerveau.

Le sommeil des bébés qui dorment avec leur mère est aussi différent de celui de ceux qui dorment seuls. Ces derniers passent plus de temps dans un sommeil profond et se réveillent moins souvent (ce qui est vu comme « positif » par les parents fatigués et pressés que l’enfant fasse ses nuits mais qui du point de vue physiologique représente un plus grand risque de Mort Subite pour l’enfant). Ainsi, une étude internationale menée par plus de 20 chercheurs (citée ici www.naturalchild.org/james_mckenna/cosleeping.pdf p.149) a révélé que c’est dans les cultures où les taux de co-dodo sont les plus élevés que le taux de Mort Subite du Nouveau-né sont les plus bas.

Je comprends bien que les mamans qui sont obligées de retourner au travail après 3 mois (comme c’est le cas en Europe) et qui doivent être « productives » le lendemain ne trippent pas sur les réveils nocturnes de leur petit et ont hâte qu’il dorme 12h d’affilée… Mais au Québec nous avons l’immense chance d’avoir 1 an de congé de maternité. Un an pour que notre priorité soit notre bébé. D'où mon cri du coeur pour qu'on donne le temps au bébé de s'adapter à notre sommeil et qu'on n'applique pas les méthodes de "cry-it-out" pour forcer l'enfant à faire ses nuits. Voir aussi mon post du mois de mars à ce sujet.

52908141

Je ne me suis jamais battue pour que mon fils dorme plus la nuit. Je me dis qu’il va chercher le lait dont il a besoin et que c’est très bien ainsi. Ses réveils sont considérés comme des besoins et non pas des caprices pour me pourrir l’existence. J’ai donc adapté ma vie en tenant compte de son rythme à lui.

Voici mon kit de survie : les premiers mois, je faisais souvent des siestes le jour en même temps que lui pour récupérer, j’allais dormir plus tôt le soir et aussi, j’avais la formidable carte du « super papa ». En effet, Pascal passe environ 1H30 tous les matins avec Matteo pendant que je continue à dormir, puis il me réveille lorsqu’il doit quitter pour le travail. Ces matins sont « leur petit moment à eux » où ils trippent entre gars et développent une complicité attendrissante.

Et puis, tout naturellement, tout lentement le sommeil du coco a tellement changé. La semaine passée, pour la toute première fois de sa vie, à 16 mois, il a passé une nuit complète sans être allaité, « fait une nuit » ! Le fait qu’il mange de plus en plus et qu'il réclame moins le sein, qu’il ait grandi, que sa capacité à moins uriner la nuit augmente et qu’il ne se réveille donc presque plus pour faire pipi sont tous des facteurs qui contribuent à faire en sorte que nos nuits ont bien changé depuis le temps qu’il était « tout fraîchement né ». Maintenant, il ne fait plus qu’une seule grande sieste d’environ 2-3 heures en après midi et depuis quelques mois, il s’endort beaucoup plus tard aussi, vers 20h30 pour se réveiller vers 7h30. Je ne sais pas si ça c’est à cause de l’été et l’ensoleillement tardif ou bien parce qu’il grandit ? Mais disons que j’apprécie ne plus me réveiller à 5 h du mat' ! Par contre, comme toute médaille a son revers : ça signifie qu’on a moins de temps d’amoureux en soirée… et le co-dodo implique aussi qu’on a moins d’intimité de couple…

Mon point de vue là-dessus est que c’est un stade temporaire, cela durera peut être encore une année ou deux, et puis, très progressivement coco pourra s’endormir dans son lit et venir nous rejoindre, pour un jour ne plus se réveiller la nuit. A son rythme... Mon rêve est d’avoir tous nos enfants (car il y en aura au moins un autre) qui dorment dans la même chambre jusqu’à l’adolescence ou jusqu’à ce qu’ils manifestent le besoin d’avoir leur chambre. Après tout, qui aime dormir tout seul ???

Voici donc mon post sur le sommeil et le co-dodo. Pour en savoir plus, voici un super article "les 7 choses que les parents doivent savoir à propos des pleurs du bébé" et ci-dessous des extraits d’un article de Mc Kenna que vous trouverez en entier ici :

Throughout human history, breast-feeding mothers sleeping alongside their infants constituted a marvelously adaptive system in which both the mothers' and infants' sleep physiology and health were connected in beneficial ways. By sleeping next to its mother, the infant receives protection, warmth, emotional reassurance, and breast milk - in just the forms and quantities that nature intended.

This sleeping arrangement permits mothers (and fathers) to respond quickly to the infant if it cries, chokes, or needs its nasal passages cleared, its body cooled, warmed, caressed, rocked or held. This arrangement thus helps to regulate the infant's breathing, sleep state, arousal patterns, heart rates and body temperature. The mother's proximity also stimulates the infant to feed more frequently, thus receiving more antibodies to fight disease. The increased nipple contact also causes changes in the mother's hormone levels that help to prevent a new pregnancy before the infant is ready to be weaned. In this way, the infant regulates its mother's biology, too; increased breast-feeding blocks ovulation, which helps to ensure that pregnancies will not ordinarily occur until the mother's body is able to restore the fat and iron reserves needed for optimal maternal health.

(…) Our scientific studies of mother and infants sleeping together have shown how tightly bound together the physiological and social aspects of the mother-infant relationship really are. Other studies have shown that separation of the mother and infant has adverse consequences. Anthropological considerations also suggest that separation between the mother and infant should be minimal. Western societies must consider carefully how far and under what circumstances they want to push infants away from the loving and protective co-sleeping environment. Infants' nutritional, emotional and social needs as well as maternal responses to them have evolved in this environment for millennia.

Posté par Jo and Pascal à 03:38 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

    Je ne sais pas si je te l'ai déjà Joanna, mais MERCI à toi, Pascal et Matteo de nous avoir ouvert la voie pour notre "parentage de proximité". Le co-dodo est tellement avantageux que pour nous, c'est le contraire (se séparer de bébé) qui nous paraît "anormal". Avec Boris, c'est un moment délicieux que de partager ses nuits.

    Posté par ludivine, 29 juin 2010 à 20:03
  • Coucou, je suis vraiment rendue une fidèle!!

    Je trouve ça beau de voir Matteo grandir et devenir un p'tit bonhomme indépendant et enjoué, un p'tit garçon merveilleux quoi!
    C'est la meilleure façon de faire tomber les préjugés des gens, de leur donner un exemple concret que "ça marche", l'enfant se détachera tôt ou tard par lui-même. Vous êtes un très bel exemple.

    Je pense par contre que vous avez pris la meilleure des décisions en choisissant que tu ne retournes pas au travail. Je me trompe peut-être mais je crois que la suite logique du parentage de proximité c'est d'être maman à la maison, du moins jusqu'à ce que bébé soit prêt à s'endormir sans maman et à dormir seul...ce qui d'après moi, arrive généralement bien au délà de 1 an.

    Ayant beaucoup d'éducatrice en garderie autour de moi, toutes s'entendent pour dire que l'adaptation à la garderie est plus difficile maintenant que les enfants commencent vers 1 an, c'est bien normal, à 1 an ils sont beaucoup plus conscients et vivent plus difficilement la séparation.
    C'est certain que les enfants finissent par s'adapter aux 2 façons de faire, celle de la maison et celle de la garderie, mais ça ne se fait pas sans larmes à la garderie...
    Surtout si en plus d'apprivoiser l'absence de maman on doit apprendre l'endormissement sans le sein, la sieste en solo dans une couchette, le bideron...etc, etc. Ça en fait des sevrages à assimiler en quelques semaines d'intégration, parfois quelques jours si la situation ne permet pas plus.

    Ici le "faire ses nuits" n'a jamais ressemblé à ce que tu décris dans ton post sur le cry-it-out. Oui les enfants ont pleuré quelques minutes, puis on revenait les consoler en les prenant dans nos bras ou en les flattant et en leur parlant doucement. Rafaëlle a fait ses nuits très rapidement d'elle-même, Théo était plus grand mais ça s'est quand même bien passé.
    On a peut-être été chanceux, je ne sais pas. On a tjs été assez zen avec ça, peut-être que les enfants le sentaient. Je crois que les enfants ressentent énormément nos angoisses alors c'est important de s'écouter et de ne jamais appliquer une méthode qui nous fait angoisser sinon je doute de son succès auprès de l'enfant.

    Voilà mon commentaire de la journée, sur ce je m'en vais faire mon souper pendant que les cocos font la sieste. À bienôt, bientôt. Annie xx

    Posté par Annie, 29 juin 2010 à 22:34
  • merci annie

    waw! merci pour ce long et merveilleux commentaire! Merci de prendre le temps de me lire et d'écrire!!!

    tu as tellement raison. C'est sûr que de retourner travailler après un an ça aurait été très difficile pour le coco qui comme tu le dis aurait vécu plusieurs "sevrages" simultanément. Et c'est donc vrai que pour celles qui n'ont pas le choix de travailler car il faut rentrer 2 salaires à la maison ou bien qu'elles n'ont pas le goût de rester à la maison, et bien c'est sûr qu'il faut que l'enfant apprenne à s'endormir seul...

    Lorsqu'un ami m'avait dit tout scandalisé que j'endorme mon fils au sein "mais, comment va-t-il s'endormir lorsqu'il sera à la garderie?" j'étais un peu paniquée... j'ai essayé ce jour là qu'il s'endorme seul mais sa crise m'a fait changer d'avis. J'ai décidé de continuer mon "style" d'endormissement en en discutant avec d'autres mamans qui m'ont assuré que l'enfant comprend très bien que la garderie et la maison c'est différent. Qu'il ne faut pas que moi je m'adapte et que je change tout en fonction de son entrée en garderie mais que l'enfant, lui, s'adaptera si jamais il doit aller à la garderie et qu'il comprendra que si maman n'est pas là, on fait autrement. Aussi, il parait que le fait de voir les autres enfants dormir ça aide beaucoup : vive le besoin d'imiter!

    Je suis 100% d'accord avec toi sur le fait que nos enfants sont des éponges et qu'ils ont des antennes tout le tour de la tête pour sentir nos émotions. Les fois où je capotais et j'étais à bout de nerfs, Matteo était bien sûr un miroir de moi et il pettait sa coche... La seule chose qui me sauvait à ce moment là: soit donner Matteo à son père et tout se réglait, soit s'il n'était pas là, sortir dehors, changer d'air...
    Oui Dave et toi êtes très Zens, très constants dans votre amour et vos enfants le sentent, c'est sûr! C'est tellement inspirant d'avoir des amis parents autour de nous, de voir comment Rafaëlle grandit vite, c'est trippant!

    J'aime partager avec vous, j'aime votre ouverture d'esprit. Moi c'est quelque chose que je dois travailler, j'ai souvent tendance, ça me vient de mon père, à vouloir convaincre tout le monde lorsque moi je trouve qqch génial. Pascal est vraiment comme toi pour ça, il me dit: c'est ben beau d'avoir des idées mais il faut toujours respecter les autres façons de faire, il n'y a pas qu'une bonne façon. Comme Dave et toi dites souvent: "il n'y a personne de parfait, chaque enfant, chaque parent est unique; ce qui compte c'est que l'amour et le bonheur soit là, c'est tout!"

    merci Annie de me suivre dans cette aventure formidable d'être parent!
    Bisous

    Jo

    Posté par Joanna, 29 juin 2010 à 23:47
  • Je ne te lirais pas si tes posts n'étaient pas aussi intéressants et bien écrits!
    Tu es très convaincante et tu as réussis à me faire découvrir de nouvelles façons de faire que j'essaie d'intégrer à notre façon à nous qui est un peu un "melting pot" de tout plein de façons!

    Je pense que le vie de l'homme moderne n'est pas très "naturelle" i.e connectée à la nature fondamentale de l'homme. Je dirais que Dave et moi avons appliqué une méthode un peu moins "naturelle" pour que l'adaptation de nos enfants à cette vie se fasse le plus en douceur possible.

    Je pense tout de même que pour ceux qui veulent et peuvent rester à la maison plus longtemps pour ramener le rythme de vie à un rythme plus normal, l'idéal c'est de respecter le plus longtemps possible le rythme de bébé comme vous faîtes.

    J'ai hâte de vous voir. À + Nie xxx

    Posté par Annie, 30 juin 2010 à 00:28
  • MERCI !

    Merci pour ce super article tout à fait d'actualité pour nous, qui condense bien tout ce qu'il faut savoir sur le sujet ! Je le fais suivre à des ami-e-s futur-e-s parents et mamans allaitantes...! Et je conseille aussi la lecture de "être parents la nuit aussi" du dr William Sears + "le concept du continuum - à la recherche du bonheur perdu". Deux bouquins top.
    Ici on cododote, on allaite et on porte et notre petit Gaspard de 4 mois et demi qui a l'air très heureux de cette vie-là .

    Camille, une maman allaitante et qui a la chance de pouvoir se consacrer à son bébé car elle ne travaille pas...

    Posté par Camille, 14 mars 2013 à 06:44
  • Merci pour ce site encore actif, ce que tu as partagé me fait du bien très souvent. Je lis un peu, je repars confiante, heureuse des choix que je fais et que je sens si fort en moi. Le cododo, l'allaitement aussi longtemps qu'il le voudra, l'écoute, l'écoute. Tout est là, tout le temps et c'est tellement gratifiant de pouvoir le faire.
    C'est un beau cadeau de ta part de t'être livrée comme ça.
    Annie

    Posté par annie, 17 octobre 2015 à 23:18
    • Merci Annie pour ton gentil mot!
      Je n'ai plus écrit depuis des années et mes pensées sur le maternage se
      sont légèrement "assouplies" et "modérées" depuis lors sur certains aspects
      (j'ai mtn deux enfants ce qui change la donne, et une "business" qui m'a
      aussi tiré bcp de jus, alors j'ai dû faire des compromis sur certains
      points). Par exemple, je ne dors plus avec mon 2ème fils depuis qu'il a
      environ 2 ans (je l'endors et une fois qu'il dort je vais dans ma chambre
      avec mon "chum", bébé nous rejoint la nuit s'il se réveille) car après tant
      d'années de cododo, il était temps pour nous les parents de se retrouver
      comme couple; je songe à sevrer mon deuxième fils (qui a mtn 2 ans et demi)
      dans les prochains 2-3 mois alors que Matteo était allaité jusque 3 ans et
      3 mois, j'ai fait "garder" mon deuxième chez une amie 3 jours par semaine
      vers 1 an et demi car je souhaitais développer ma business et m'épanouir
      au niveau professionnel alors que Matteo était avec moi jusqu'à 2 ans et
      demi. Bref nos choix familiaux ont été différents pour le deuxième car nos
      besoins étaient différents. Je crois qu'il est important de d'écouter et de
      s'ajuster si nos besoins changent.
      Mais je suis très fière d'avoir construit ce blog et de savoir qu'il est
      encore lu en ce moment me touche bcp !!!
      Merci d'avoir laissé ce commentaire, je suis ravie que mon blog te plaise
      et que tu y trouves qqch qui nourrisse ta confiance envers toi-même de
      faire des choix parentaux qui résonnent en toi même si ils sont à contre
      courant, souvent marginaux et critiqués!
      "you go girl!" trust yourself
      Au plaisir,
      Joanna

      Posté par Jo and Pascal, 25 octobre 2015 à 14:34

Poster un commentaire







 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...