Un bébé, une Odyssée...

Suivez nos grandes aventures en Asie et notre quotidien montréalais. Maman nouveau genre, fan d'allaitement, de co-dodo, de portage et même de bébé pas d'couche!

18 octobre 2010

Les gros

chinese_obese obese_boy

Décidemment j'ai le goût de partager mes lectures du moment avec vous ces temps-ci!

La semaine passée je suis tombée sur un article du Devoir, intitulé "Les gros" qui m'a légèrement ébranlée. Cet article rapporte les grandes lignes d'un nouveau et "gros", c'est le cas de le dire, rapport publié par l'OCDE intitulé L'obésité et l'économie de la prévention. Voici les grands points:

-   Il y a de plus en plus de GROS. C'est une véritable épidémie et l’obésité  devient l’ennemi  public n°1 dans  la  plupart  des  pays  de l’OCDE.  Si en 1980, la proportion d'obèses était bien en dessous des 10% dans le monde, cette proportion a doublé voire triplé dans plusieurs pays. Bien sûr la palme mondiale revient au royaume des excès: les Etats-Unis comptent 68% de personnes avec un surplus de poids, dont 28% sont obèses. Mais le fléau touche aussi les pays en émergeance: ainsi un chinois sur 3 et la moitié des brésiliens souffrent d'embonpoint. Ce qui est "comique" c'est que dans les pays riches, ce problème touche les pauvres et dans les pays pauvres, c'est l'inverse!

-   Les causes sont bien connues: une chute prodigieuse du "prix de la calorie" et le développement de l'industrie de la transformation alimentaire (lisez les ingrédients de la majorité des produits d'une épicerie et vous comprendrez bien des choses...), sédentarisation du travail, organisation des villes centrée sur la voiture, stress, manque d'exercice physique, etc.

-   Les conséquences sont dramatiques, d'abord pour les personnes souffrant d'obésité qui voient leur qualité de vie hypothéquée notamment par des problèmes de santé et la discrimination, mais aussi pour la société at large via les faramineux coûts de santé liés à l'obésité. Ainsi l'excès de poids est responsable de 8 à 15% des coûts de santé des pays de l'OCDE; la facture représente 1 % du PIB américain et 4% du PIB chinois. Toutefois, le fardeau financier supplémentaire ne serait pas si grand car "les gros meurent plus tôt"... En effet, les  personnes  sévèrement  obèses meurent 8-10  ans plus  tôt que celles de poids normal,  tout  comme  les  fumeurs,  15  kilos supplémentaires augmentant  le  risque de mort prématurée  d’environ  30 %.

-   Les solutions: il y aurait 3 grands types d'approches, résume l'OCDE:

   1) la plus chère qui est très efficace est de financer plus d'accompagnement médical personnalisé;

   2) ma préférée: des vastes campagnes d'information et d'éducation dans les médias, à l'école et au travail;

   3) la seule capable de s'autofinancer est le recours à la réglementation et surtout la fiscalité. S'inspirer de la lutte au tabac et à l'alcool: imaginez une photo d'un homme "Michelin" sur vos paquets de chips et un beau slogan type "La malbouffe TUE!"... Interdire la publicité des chaînes de fast food dirigée vers les enfants, utiliser les taxes pour modifier le signal des prix: les bons aliments santé seraient moins chers et les mauvais aliments riches en sucre, sel et gras seraient surtaxés. Ce terrain fiscal est toutefois glissant et fait peur à plusieurs gouvernements qui n'osent pas affronter les géants de l'agroalimentaire malsain.

En tout cas, ce qui est clair c'est qu'il s'agit d'un GROS problème de société, et que des changements profonds dans notre mode de vie et nos priorités devront être faits, sinon on finira juste par ... exploser...

Dans notre famille beaucoup de choses ont changé depuis les 5 dernières années en termes d'alimentation. Je me suis beaucoup renseignée pour mieux manger, je cuisine de plus en plus ce qui est tout à fait essentiel pour qui veut être en santé. La bouffe, c'est LE budget principal chez nous et c'est bien ainsi! Après tout, c'est une question de priorité... la plupart des gens sont prêts à mettre des dizaines de milliers de $ sur un char, un écran plasma, un iphone, des vêtements... nous c'est la bouffe, notre fuel. Après tout, la nourriture est notre carburant, c'est ça qui nous donne l'énergie pour vivre. Si on met du diezel dans une voiture à essence elle ne fera pas long feu, c'est pareil pour notre corps avec toute la crasse qu'on lui propose dans les supermarchés.

Nous privilégions les aliments non-transformés, biologiques et locaux, achetés au Marché et non à l'épicerie. Quelqu'un m'a parlé un jour de la règle des 3 "V" en alimentation saine: Varié, Vert, Vivant. Tellement d'aliments sont "morts", par leur transformation, leur raffinage, leurs additifs, etc. La révolution commence toujours par soi, comme le disait si bien Gandhi "Be the change you want to see in the world"! Sur ce mes amis, bon marché, bonne popotte, bon appétit!

Posté par Jo and Pascal à 04:19 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    Moi, je suis pour la révolution par les chaudrons et bye, bye, les gros bedons.

    Posté par ludivine, 19 octobre 2010 à 00:41

Poster un commentaire







 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...